MIBA| Société Minière de Bakwanga
Liens utiles
| Ministère des Mines | |||||||||||||||SAESSCAM |||||||||||||||CEEC |||||||||||||||CTCPM |||||||||||||||
  Messagerie |
 

Le  gros diamant de 114,63 carats n’ a pas trouvé de preneur à Mbujimayi.

La vente aux enchères verbales du diamant, organisée le mardi 12 février 2013 dans la salle des banquets du club privé de la MIBA, comprenait trois lots une collection des meakebles de 100,65 carats, un makeable de 10, 20 carats de makeable et la pierre de 114,63 carats découverte dans la production de la MIBA, le 12 décembre 2012. Sans revenir sur les spéculations qui ont entouré le troisième lot dans l’opinion à Mbujimayi, on ne peut pas manquer de rappeler qu’il faut remonter au moins 24 ans plus tôt pour retrouver une pierre de cette trempe dans la production MIBA. C’est donc sans surprise qu’elle a alimenté les rumeurs les plus folles, tant sur son prix que sur le nombre de gros diamants.
Pour toutes les raisons ci-dessus, la vente  du 12 février 2013 était très attendue par le personnel MIBA et la population locale. M. Jeffrey OVIAN, Administrateur Délégué de la MIBA, avait souhaité que tout soit mis en œuvre pour faire de cette journée un moment fort de l’histoire du diamant dans la province.  Le Gouverneur de Province, Son Excellence Alphonse NGOYI Kasanji, dont la date anniversaire de naissance coïncidait avec celle de la vente, avait tenu à honorer la MIBA en répondant à son invitation malgré la disparition brutale de l’un des journalistes-clé de sa chaîne de Radio-TV, Justin Matolu Tshikolokoso. Il était entouré de personnalités marquantes parmi lesquelles figuraient les Ministres du Gouvernement, les membres du Comité provincial de sécurité, ceux du Bureau de l’Assemblée provinciale et d’autres notabilités de la Ville de Mbujimayi.
Une autre présence remarquée dans la salle était celle du Bureau Permanent de la Délégation Syndicale de la MIBA ainsi que celle d’un échantillon important des travailleurs venu pour vivre l’événement. En lice, nous avions six comptoirs d’achat de diamant et clients de la MIBA, qui avaient fourbi leurs armes pour remporter le troisième lot préposé à la vente. Il s’agissait de  comptoirs ALI EL HADJ DAKIK, DDC, KALAHAM TEMPEL, MBUKU DIAMOND, SURESH et VYAS.

Après la présentation de la procédure de vente par le Commissaire priseur ou Directeur de vente et le mot d’ouverture de Monsieur l’Administrateur Délégué de la MIBA, les enchères proprement dites ont commencé par la vente de deux premiers lots. L’annonce du prix de départ était suivi par la phase descendante des prix dite « anglaise », dès que le premier adjudicataire s’était manifesté, après la proclamation du prix de clôture. Ces deux premiers lots ont été remportés par le comptoir KALAHAM TEMPEL. Le troisième de 114,63 carats n’a pas été adjugé. Quelle déception pour la MIBA ! Quelle désillusion pour nos travailleurs qui avaient placé la barre très haut et qui voyaient dans cette pierre la solution provisoire de la baisse de leur salaire ! Et nous voilà repartis pour de nouveaux commentaires et de nouvelles fables ! La vérité est pourtant bien simple. Pourquoi n’avons-nous pas vendu ? C’est la loi du marché ! Si l’acheteur et le vendeur ne s’entendent pas sur un prix, la marchandise ne change pas de mains. Comme beaucoup parmi le personnel l’ont reconnu, il ne faut pas céder à vil prix un diamant exceptionnel. Le moment venu, il se vendra à son juste prix.  
Lire plus...
Revenir à la page Actualités.
 
                                 
Suivez-nous
MIBA-You tube
MIBA | Face Book

Copyright © MIBA 2018. Visiteur n° Réalisé par MIBA